Tendances 

Parlez-vous 2.0 ?

atelier collaboratif

« Allô Charlotte, tu peux dire au community manager de vider son cache ? Je n’arrive pas à organiser le tracking des followers sur nos RS #LOL » … ! A moins d’être un « Millennials », pas toujours simple de s’y retrouver dans la jungle de ces expressions, acronymes et autres émoticônes. Petit précis à l’usage de ceux qui ne veulent pas en perdre leur latin.

Acronymes

Des acronymes, vous en croisez tous les jours au détour d’une conversation de travail ou dans un mail. Difficile de savoir ce qui se cache réellement derrière ces suites de lettres sans queue ni tête, surtout quand l’anglais vient s’en mêler ! Voici un lexique des acronymes les plus courants :

  • LOL : Il signifie « Laughing out Loud », qui équivaut en Français à « rire aux éclats » et plus familièrement à « mort de rire ».
  • ASAP : « As soon as possible », soit, en français, « dès que possible ».
  • Hashtag : Souvent utilisé sous la forme « # », il vient de l’anglais « hash » signifiant « dièse », et « tag » signifiant « mot ». Il s’utilise exclusivement sur les réseaux sociaux, suivit d’un mot ou d’un groupe de mots pour faire référence à une discussion.
  • MP : Il signifie « message privé » ou « message personnel ». Il s’utilise généralement sur les réseaux sociaux lorsque deux personnes souhaitent engager une conversation privée, loin des regards indiscrets.
  • ROI : « Return on investment », tout simplement, en Français, le fameux « retour sur investissement ».

Réseaux sociaux

Plus une seule entreprise qui ne soit désormais présente sur la toile avec sa page Facebook, Instagram, Twitter, etc. L’astuce pour pouvoir les différencier et les identifier facilement ? Associer un mot à un réseau social. Viadeo et LinkedIn peuvent ainsi être associés au mot « professionnel », ces deux réseaux sociaux permettant avant tout d’entretenir les relations business. Instagram s’associe au mot « images ». La particularité de ce réseau en effet est de pouvoir faire de la pub en images… à condition, bien sûr, d’avoir quelque chose à montrer. Facebook et Google+ s’associeront au mot « échanges ». Ils permettent de créer un lien, voire de communiquer avec toutes sortes de publics, aussi bien pros que particuliers. Enfin, Twitter est le roi du « partage d’infos », à condition de savoir s’exprimer en 140 caractères ! D’ailleurs, pour créer un clin d’œil, voire un rendez-vous avec les « tweetos » rien de mieux que de créer un hashtag qui vous est propre. A l’instar de celui d’Adagio #lejoliduvendredi qui nous fait voyager dans les plus beaux aparthotels du groupe.

Emoticônes

On les utilise de plus en plus souvent dans nos e-mails professionnels devenus moins officiels et un peu plus second degré. A ceci près que pour bien faire passer le message, mieux vaut en maitriser les subtilités. Bannissez notamment les émoticônes négatifs (smiley qui pleure, qui boude, qui est en colère) et privilégiez le positif (l’émoticône qui sourit, le pouce levé, etc.). De fait, les messages, mêmes critiques, passeront mieux. Evitez de coller des émoticônes à chaque fin de phrase. Un mail reste un mail, pas un rébus. Enfin, l’émoticône dans le cadre professionnel, c’est sympa à condition que cela soit passé dans les mœurs de votre entreprise… Sinon, oubliez !

A chaque corporation son réseau social
Selon le dernier baromètre de Hootsuite, 87 % des entreprises françaises utilisent, en 2017, les médias sociaux. Le trio gagnant ? Facebook, Twitter et LinkedIn. Et à chaque taille d’entreprise son réseau de prédilection. Ainsi Facebook est-il le réseau préféré des entreprises de moins de 100 salariés. Twitter, celui des établissements de plus de 100 salariés. LinkedIn, enfin intéresse davantage les sociétés de plus de 1000 collaborateurs.
Partager