Tendances 

La Défense, musée à ciel ouvert

 

crédit photo: Istock- Ankorlight

Depuis bien longtemps, La Défense a su gagner ses lettres de noblesse en rayonnant comme le 1er quartier d’affaires européen. Mais pas seulement. Entre le projet Underground Effect et les œuvres monumentales d’art contemporain disséminées dans tout le quartier, La Défense est un véritable musée à ciel ouvert.

Si La Défense est aujourd’hui une gigantesque fourmilière dédiée au business sous toutes ses formes, elle est aussi le point de ralliement des artistes en tous genres. Ce sont d’abord les plus grands noms de l’architecture qui ont apporté leur pierre à l’édifice : de De Mailly, l’un des architectes du CNIT, à Johan Otto Van Spreckelsen, architecte danois à l’origine du « Cube » devenu aujourd’hui la Grande Arche, le symbole du plus grand quartier d’affaires d’Europe.

Puis ce sont les artistes contemporains qui sont venus mettre tous ces bâtiments d’affaires en couleurs. En effet, entre gratte-ciels et grandes artères, 69 œuvres monumentales, jalonnent le quartier d’affaires. Et pas n’importe quelles œuvres : L’Araignée rouge de Calder, les Personnages fantastiques de Miró, les Signaux de Takis, la Fontaine monumentale de Yaacov Agam, Le Pouce de César, les Doubles lignes indéterminées de Bernar Venet, Slat de Richard Serra, After Olympia d’Anthony Caro…

Des artistes incontournables qui ont tous laissé leur empreinte indélébile et unique dans cet univers fait de verre et d’acier. Au point que des parcours ont été mis en place afin de partir à la découverte de ces œuvres situées au détour d’un immeuble, dans le recoin d’un escalier, ou encore au cours d’une traversée des Quatre Temps ou de la vaste gare Cœur Transport.

Depuis trois ans, le quartier d’affaires abrite également un nouveau genre artistique : le Street Art. Durant 3 jours, le projet Underground Effect s’installe sur le parvis de La Défense et donne lieu à des performances artistiques en live, puis à une exposition gigantesque de fresques colorées imaginées par des « graffeurs » venus du monde entier. Des œuvres qui gagnent aussi certains parkings souterrains, afin de les rendre moins anxiogènes.

Transports, restaurants, commerces, hôtels et aparthotels… La Défense se dévoile aujourd’hui comme une véritable ville dans la ville, mais aussi et surtout comme un gigantesque musée à ciel ouvert.

Partager